Blog

Phot’Aix 2018 – Autriche/France

Du 04 octobre au 31 décembre 2018,
Regards Croisés accueille cette année l’AUTRICHE, à Aix-en-Provence.
Les photographes autrichiens invités sont sélectionés : Michaela BRUCKMULLER, Michael MICHLMAYR, Werner SCHUSTER, Helmut STEINECKER et Hans WETZELSDORFER

Depuis 18 ans, PHOT’AIX, Festival de Photographie, organisé à Aix-en-Provence par la Fontaine Obscure s’attache à relever un double défi :

  • Promouvoir la photographie contemporaine en favorisant les échanges entre artistes français et étrangers dans le cadre de l’exposition internationale Regards Croisés
  • Faire descendre la photographie dans la rue et favoriser l’émergence de nouveaux talents, en organisant Les Parcours photographiques thématiques à Aix-en-Provence et dans le Pays d’Aix.
    Michaela BRUCKMÜLLER – « Danse macabre et Oiseau noir »en regard avec Bénédicte HANOT – « Nature vivante »
    Michaela Bruckmueller
    Bénédicte HANOT
    Le titre de la série donne d’emblée le ton. Ces portraits de plantes, long travelling de l’éclosion de la fleur à son dessèchement illustrent à merveille les antagonismes de notions comme naissance/décomposition, apparition/disparition. Ces images fonctionnent en métaphore de la vie et se rattache à la tradition picturale des Vanités.
    Les paroissiennes mélancoliques, ainsi représentées hors contexte sur un fond noir, le même qui ensevelit les fleurs, semblent en porter la perte irrémédiable. Le sentiment de la mort traverse le travail de Michaela Bruckmüller.
    Les images de Bénédicte Hanot, à l’instar de la série des Danses Macabres, traitent de la vie et de la mort. Elles se rapprochent de la tradition artistique chrétienne du Memento Mori, genre pictural mettant en scène la vanité de la vie terrestre en mobilisant l’émotion que produit la beauté.
    Bénédicte Hanot crée le paradoxe en traitant le thème de la mort par des images d’une esthétique apaisée qui tente de gommer toute morbidité. Le sujet se rapproche certes des Danses Macabres, mais par une variation déterminante, le refus du sens tragique du projet d photographe fait pencher ses images du côté de la vie.

Voies Off 2018 – Arles

Une nouvelle fois, l’association Fontaine Obscure expose à Arles avec Voies Off (N°69 du catalogue), dans le cadre des Rencontres de la Photographie 2018. Trois périodes d’expositions et trois soirées spécifiques sont prévues avec différents artistes en juillet, Août et Septembre.

Du Lundi 2 au Dimanche 28 juillet,
3 photographes et 1 collectif présenteront leurs œuvres :

Sylvain Condemi: Passionné de photo depuis l’enfance, la magie de l’instantané l’a toujours fasciné. Ensuite la couleur est une attirance qui ne le quittera plus. Sa série  » Canicule  » que je présente ici a été prise en Corse lors de vacances familiales en été 2015.

Bénédicte Hanot: Née à Bruxelles en 1972, l’enfance de Bénédicte a été imprégnée tant de la peinture flamande que du surréalisme belge. La Provence est devenue sa terre d’accueil en 2003. C’est l’émotion dégagée et les interrogations suscitées qui motivent ses mises en scènes photographiques. Bénédicte a choisi de confronter dans cette exposition deux approches intimement liées.

Alain Watellier : Sortir de ses habitudes pour trouver un sens, une histoire, est l’enjeu de sa démarche. Alain recherche la liberté dans ses cadres et ses sujets. Il aime travailler au Maroc, quand les ruelles des médinas s’éclairent pour croiser les premières couleurs de la nuit, les lieux se transforment, il doute, il cherche, il rencontre, il gomme, puis vient l’instant magique.

En voiture Murène: En Voiture Murène est un duo photographique formé par Arthur « Voiture » Silve et Solène « Murène » Baillard. La série Two présentée au Café Georges par Voies-Off , débute en 2016 et vise à donner corps à la complexité et la dualité des relations humaines tout en se concentrant sur l’esthétisme des images..